Vous êtes ici : Vue du Japon » Voyager au Japon » La sécurité au Japon (radioactivité, séismes, agressions)

La sécurité au Japon (radioactivité, séismes, agressions)

société

Depuis 2011 et l’accident nucléaire de Fukushima, le premier sujet d’inquiétude sur la sécurité au Japon est le risque radioactif. Autant dire les choses clairement : ce risque radioactif a été énormément exagéré. J’avais consacré un article à cette question du risque radioactif au Japon après Fukushima. Pour le résumer :

  • la grande majorité du territoire japonais n’a pas été touchée par les retombées radioactives de Fukushima
  • sur la majorité du territoire japonais le niveau de radioactivité est largement en-dessous de celui de la radioactivité naturelle moyenne en France
  • les produits alimentaires sont contrôlés régulièrement et d’ailleurs la consommation occasionnelle de denrées contaminées même à des niveaux légèrement supérieurs aux normes autorisées ne présente pas un risque significatif pour la santé

Pour ceux qui cherchent vraiment une sécurité totale, seule une zone d’un rayon de 250 kilomètres grand maximum de rayon autour de la centrale de Fukushima peut être considérée comme à éviter.

L’accident nucléaire de Fukushima a tellement occupé les esprits qu’on oublie parfois qu’il a été provoqué par un tremblement de terre d’une violence rare (9,1 sur l’échelle de Richter). C’est l’occasion de parler d’un autre aspect de la sécurité au Japon : le risque sismique. Car situé sur 4 plaques tectoniques, le Japon est particulièrement sujet aux tremblements de terre. Pas de parano : l’immense majorité des séismes se produisant au Japon ne font pas de victimes. Depuis 1 siècle, seuls 3 ont été vraiment meurtriers (1923, 1995, 2011). La science ne permettant pas encore de prévoir un tremblement de terre, voici quelques gestes de sécurité à avoir en cas de séisme :

  • si vous êtes à l’intérieur d’un bâtiment, ne cherchez pas à sortir mais réfugiez-vous sous une table : s’il n’y en a pas, couchez-vous à côté d’un lit ou d’un bureau
  • ne cherchez pas à prendre l’ascenseur : si vous y êtes au moment de la secousse sismique, sortez-en le plus vite possible
  • que ce soit à l’intérieur d’un bâtiment ou à l’extérieur, protégez-vous la tête
  • à l’extérieur, placez-vous au centre des rues et éloignez-vous des bâtiments
  • si vous êtes à proximité de la mer, éloignez-vous-en : le séisme peut provoquer un tsunami

Concernant la sécurité au niveau des agressions, on peut se demander si c’est la peine d’en parler pour le Japon : en 2010, le taux d’homicide n’y était en effet selon l’OCDE que de 0,5 pour 100.000 habitants. En comparaison : 1,3 pour la France, 5 pour les États-Unis. Ce chiffre reflète bien la situation générale du pays qui est globalement sûr : vous risquez peu les agression ou les vols. Vous serez peut-être même étonnés du sentiment de sécurité qu’on peut éprouver dans les rues des grandes villes tard le soir.

Soyons réalistes, ce n’est quand même pas  le pays des bisounours : attention donc aux pickpockets qui peuvent sévir dans les grandes stations de métro, de train ou dans les lieux très touristiques. Vous pouvez aussi croiser dans les rues tard le soir des hommes sortant des bars et de ce fait largement éméchés et très bruyants.

Et les yakuzas alors ? Les membres de la fameuse mafia japonaise ne sont-ils pas dangereux ? Les yakuzas sont justement spécialisés dans les activités mafieuses que, si j’ose dire, on peut qualifier de « classiques » : trafics à grande échelle, rackets des commerçants, proxénétisme, prêts usuraires …. ils ne cherchent donc pas à agresser ou voler le citoyen ordinaire. Vous pourrez en croiser (ça a été mon cas) : on les reconnaît à leurs lunettes de soleil portées par tout temps, leurs très nombreux tatouages, leurs costumes entièrement noirs ou très voyants et d’assez mauvais goût.

Paradoxalement, l’environnement où vous devrez peut-être faire le plus attention à votre sécurité est … la campagne. Certaines zones montagneuses sont en effet peuplées d’ours responsables chaque année d’attaques mortelles contre des randonneurs. Pour éviter de les croiser faites beaucoup de bruit en vous déplaçant : cela suffit à les effrayer et les faire s’éloigner. Si vous voyez par terre ce qui ressemble à un aliment mâché, ne le ramassez surtout pas : ce peut être le butin d’un ours qui risque de vous assimiler à un voleur et de charger.

Publié le 27 fév 2013. Catégorie : Voyager au Japon. Thématiques(s) : ,


Continuez votre lecture :

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>